Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

Accueil > Analyses de l’actualité

Analyses de l’actualité

Trier par :
  • La bataille de Raqqa, une étape symbolique pour déloger l’Etat islamique de son fief et préparer le futur de la Syrie - 27/06/17

    Début novembre 2016, les Forces démocratiques syriennes lancent l’opération Colère de l’Euphrate, pour récupérer Raqqa (Syrie) des mains de l’Etat islamique. Soutenues par une coalition internationale, elles pénètrent pour la première fois dans la ville le 6 juin 2017. Raqqa, aux mains de Daesh depuis janvier 2014, était le fief de l’organisation en Syrie.

  • La rénovation du Saint-Sépulcre : la fin d’un long processus de négociation entre les Eglises, entretien avec Marie-Armelle Beaulieu - 22/06/17

    Après neuf mois de travail, les travaux de rénovation de la pierre recouvrant le sépulcre du Christ, à Jérusalem, ont pris fin. Le 22 mars dernier, une célébration œcuménique était organisée au Saint-Sépulcre pour commémorer l’événement. Un épisode inédit car voilà plusieurs décennies que le tombeau du Christ nécessitait des rénovations, et les Eglises copropriétaires du Saint Sépulcre ne s’entendaient pas sur les termes des travaux. Evénement majeur, cette rénovation met en évidence l’organisation complexe du Saint-Sépulcre et son histoire, qui s’ancre dans les relations entre les Eglises, mais aussi sur l’évolution tumultueuse de la ville de Jérusalem. Durant les travaux sur l’édicule (1), les scientifiques ont mis à jour le marbre qui constituerait le lit de Jésus Christ après sa mort selon la tradition chrétienne, un événement qui a lieu pour la troisième fois uniquement dans l’Histoire.
    Marie-Armelle Beaulieu, Rédactrice en chef du magazine Terre Sainte, basé à Jérusalem, a été une des rares à observer le tombeau originel. Un retour sur la situation du Saint-Sépulcre s’impose, avec son éclairage.

  • La bataille de Mossoul : une reconquête difficile pour déloger l’Etat islamique et retrouver une stabilité fragile - 06/06/17

    Le 27 mai dernier, les forces irakiennes ont lancé un assaut sur les trois derniers bastions de l’Etat islamique à Mossoul : al-Shifaa, Zinjili et al-Saha al-Oula. Deuxième ville d’Irak, Mossoul était contrôlée par le groupe terroriste depuis juin 2014. En octobre 2016, les forces gouvernementales irakiennes et leurs alliés lancent une offensive sur la ville : la bataille de Mossoul commence. Elle s’insère dans le cadre de l’opération « Fatah » (conquête) qui débute dès mars 2016 et qui vise à libérer l’ensemble de la province de Ninive par une offensive hétéroclite et l’appui des bombardements de la coalition internationale. Mossoul est un point éminemment stratégique, sa difficile reconquête marque donc un tournant dans la guerre civile irakienne. L’historique « insoumise » aux pouvoirs extérieurs est aussi majoritairement arabe et sunnite. L’offensive, qui comprend un grand nombre de chiites et de Kurdes, fait donc face à des enjeux considérables en reprenant Mossoul.

  • Emergence et enracinement de l’Etat islamique (1/3) - 05/06/17

    L’Etat islamique est un mouvement sunnite qui a conquis des territoires à l’Ouest de l’Irak, à l’Est de la Syrie et en Libye à partir desquels il a créé un califat qui revendique le contrôle du pouvoir politique et théologique dans l’ensemble du monde musulman. Cependant, son projet de bâtir un Etat a été caractérisé beaucoup plus par une violence aveugle que par une volonté de construire des infrastructures étatiques. Les succès militaires de l’Etat islamique en 2014 ont encouragé des milliers de soldats étrangers à venir grossir ses effectifs alors que des groupes insurgés et terroristes agissant en son nom organisent des attaques contre la population civile aussi bien aux Etats-Unis, en Europe que dans le Sud de l’Asie.

  • Le plateau du Golan, un territoire historiquement disputé devenu le théâtre d’affrontements depuis le début du conflit syrien - 01/06/17

    Situé au sud-ouest de la Syrie, et entouré à la fois par le Liban, la Jordanie et Israël, le plateau du Golan se situe sur un carrefour hautement stratégique. Son positionnement, mais aussi ses caractéristiques géographiques, en font un atout pour celui qui le possède. Avec ses richesses en eau convoitées, dans une région traversée par diverses zones désertiques et un territoire surélevé, qui offre un point d’observation idéal sur la région, le Golan est un lieu disputé. Conquis dans sa majeure partie par l’armée israélienne en 1967, il devient un territoire occupé puis annexé en 1981. Une présence israélienne dénoncée à l’ONU et à laquelle les Syriens s’opposeront toujours. Les négociations lentes et houleuses qui débutèrent entre les deux pays dans les années 1990 pour la restitution du plateau n’ont jamais abouties. Aujourd’hui, le Golan n’est pas épargné par les violences de la guerre syrienne qui vient redessiner les cartes régionales, jusqu’aux hauteurs du plateau.

  • Stratégie des pays de la région dans le cadre des relations irano-saoudiennes - 23/05/17

    Les pays voisins de l’Iran et de l’Arabie saoudite à savoir Israël, la Turquie, l’Afghanistan, Oman, le Pakistan et Bahreïn s’inscrivent dans des logiques différentes, en lien avec les conflits majeurs qui secouent la région : le conflit arabo-israélien et plus particulièrement israélo-palestinien, le conflit sectaire entre sunnites et chiites, le conflit entre les pays qui soutiennent l’Occident contre l’Etat islamique, al-Qaïda et les autres mouvements djihadistes, le conflit entre les partisans et les opposants à l’armement nucléaire iranien. Tous ces conflits appellent à un réajustement des relations entre ces différents pays dans le cadre des relations conflictuelles irano-saoudiennes que nous allons détailler ci-après.

  • Les relations entre l’Iran et l’Arabie saoudite, état des lieux (1/2) - 05/05/17

    Les relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran ont toujours été tendues, précaires et difficiles. Ces deux pays ont des divergences idéologiques sur le plan politique et religieux, des disputes territoriales, des conflits sur la gestion des hydrocarbures et d’une manière plus générale des divergences sur le contrôle du Moyen-Orient. Leurs relations ont débuté en 1928 lorsque la dynastie al-Saoud s’est imposée en Arabie saoudite. Cette dynastie a de nombreux points communs avec la Perse ; ainsi les deux pays sont des théocraties absolues de droit divin qui se consacrent à la diffusion de la foi mahométane et des traditions conservatrices dans la région. Tous les deux s’opposent aux politiques sectaires et aux initiatives qui conduiraient à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Pour eux, la religion doit jouer un rôle fondamental dans le processus politique. Ils ont également les mêmes ambitions pour l’avenir du Moyen-Orient (1).

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice