Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2300 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Histoire

Histoire

  • Sinan Antoon, Seul le grenadier - 13/04/18

    Le Prix de la littérature arabe décerné par l’Institut du Monde Arabe a récompensé en 2017 Seul le grenadier (2010), publié aux éditions indbad/Actes Sud, et son auteur, l’Irakien Sinan Antoon, à la tête d’une œuvre déjà riche de quatre romans et quatre recueils de poésie. Professeur à la New York University, traducteur reconnu de poésie arabe moderne vers l’anglais (Mahmoud Darwich, Sargon Boulus, Badr Chakir Al-Sayyab), Sinan Antoon s’est également essayé au cinéma documentaire avec About Baghdad (2004), carnet d’un retour au pays natal en pleine seconde guerre du Golfe pour celui qui l’avait quitté au commencement de la première, en 1991. Il anime enfin la revue en ligne Jadaliyya, véritable vivier intellectuel pour les arabisants des États-Unis et d’ailleurs.

  • Le concept de despotisme oriental au sein de l’Europe des Lumières - 11/04/18

    « Le bouillant monarque l’Asie regorgeant d’hommes, Contre la terre entière, lance son terrifiant troupeau Humain dans deux directions ; pour diriger. Son infanterie et sa flotte, il s’appuie sur de solides, De fermes commandants, lui qui est né d’une pluie D’or, lui, un mortel égal aux Dieux » (1) constitue la description initiale de l’empereur perse Xerxès (519-465 avant Jésus Christ) dans la fameuse tragédie Les Perses d’Eschyle. Représentée sur les flancs de l’Acropole en 472 avant Jésus Christ, cette tragédie célèbre les récentes victoires grecques de Salamine et de Platées face à l’Empire perse. Si les échanges entre la Perse et la mer Egée sont anciens et normalisés, la poésie grecque permet de magnifier le courage du peuple libre que sont les Athéniens face à un empire de barbares esclaves mené par un Empereur tyrannique. Xerxès Ier reste dans la culture savante et populaire le parfait exemple du despote oriental, au pouvoir total et arbitraire qui exprime le mieux l’hybris grec ou « démesure ».

  • 27 Mayis Darbesi 1960, relancer la Révolution kémaliste (3/6). Le Comité d’Union Nationale, la nouvelle garde kémaliste - 06/04/18

    Dans une publication d’époque du Figaro, un journaliste français brosse une description éloquente du coup d’État du 27 mai 1960 :
    « Méthode et secret dans la préparation, rapidité et perfection dans l’exécution, pas d’effusion de sang, ni violence sur les personnes, enfin une véritable intervention chirurgicale : couchée gravement malade le jeudi soir, la Turquie s’est réveillée opérée et en bonne voie de guérison le vendredi matin. En quatre heures d’horloge, de 3 heures à 7 heures du matin, les forces armées avaient pris le contrôle de l’administration du pays et un de leurs chefs pouvait déclarer : ‘’Ce n’est pas une insurrection mais une entreprise de remise en ordre méthodique’’ » (1).
    L’année 1960 marque l’action d’une révolution en profondeur. Le coup d’État avant d’être national est interne à l’armée. En effet, ce coup est avant toute chose « conçu et préparé par des officiers, exécuté par les forces armées, l’action du 27 mai, coup d’État strictement militaire, s’est trouvée être une Révolution authentiquement populaire » (2).

  • Nader Shah, du général au souverain perse (2/2) - 04/04/18

    « Aucun trait du caractère de Nader n’était plus distingué, que celui de Général (…) Elevé dans les arts et les subtilités des Tartares, il avait acquis une vaste maitrise de la connaissance pratique du vol » (1) écrit le commerçant Jonas Hanway. Cette remarque au sujet du nouveau Shah de Perse est à double tranchant : si il est considéré comme un militaire de génie, il n’a pas la gloire qu’a pu avoir Alexandre le Grand dans la vision orientaliste du Britannique. En effet, si le héros macédonien avait une éducation grecque lui inculquant les bonnes valeurs de la Cité, Nader Shah lui est vu comme un usurpateur du trône des Safavides de Perse. Cette clef d’analyse est bien entendu à garder en tête pour la lecture d’un article comme celui-ci, écrit à partir de sources européennes orientalistes du XVIIIème siècle.

  • Nader Shah, du général au souverain perse (1/2) - 30/03/18

    « Il apparait évident, que ces deux ravageurs du monde oriental, Alexandre et Nadir, ont été mus par la même passion prédominante ; un désir de conquête sans limite » (1) avance dès 1752 le voyageur et commerçant britannique, Jonas Hanway. Nader Shah (1688-1747), à l’instar d’Alexandre le Grand (356-323 avant Jésus Christ) est renommé pour ses exploits militaires et son invasion de l’Hindoustan. Si le premier est toujours célèbre en Occident, le second est relativement oublié aujourd’hui en dépit de sa renommée d’antan. En effet, Nader Khan Qirqlu Afshar, Shah de Perse (1736-1747) et fondateur de l’éphémère dynastie des Afsharides, est un personnage ayant indéniablement marqué la Perse du XVIIIème siècle et ayant fasciné ses contemporains jusqu’en Europe, où il acquiert une certaine réputation dans les cercles lettrés de l’époque. Si cette notoriété n’est qu’éphémère, c’est en raison de la décision des historiens anglais de l’époque victorienne de l’écarter de l’historiographie sur l’Inde pour ne pas remettre en cause le mythe de supériorité militaire européenne, nécessaire à la colonisation (2). De fait, dans l’historiographie contemporaine et moderne occidentale, cet empereur persan est très peu représenté au regard de son importance historique.

  • Pierre-Jean Luizard, Chiites et sunnites, la grande discorde en 100 questions - 28/03/18

    À l’heure où les discordes confessionnelles sont passées au premier plan des conflits qui déchirent le Moyen-Orient, tant en Syrie qu’en Irak ou au Yémen, Pierre-Jean Luizard revient sur ce qui différencie le chiisme et le sunnisme dans l’Islam. En cent questions, l’historien retrace l’histoire d’une division idéologique qui remonte aux premiers temps de l’histoire, pour expliquer les enjeux stratégiques et politiques qui traversent la réalité internationale du monde contemporain. Divisé en une dizaine de grands chapitres, cet ouvrage propose par ailleurs des cartes, permettant de situer géographiquement la situation des communautés à l’échelle du Moyen-Orient, un glossaire, une liste des principaux acteurs de cette Histoire de plusieurs siècles, une chronologie et une riche bibliographie.

    Ce compte rendu reprend les grandes lignes de l’ouvrage - dense et riche - de Pierre-Jean Luizard, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité des thèmes traités au fil de ces cent questions.

  • Entretien avec Lahcen Daaif – Fondation et évolution de la jurisprudence islamique aux premiers siècles de l’islam. Brève histoire des écoles juridiques sunnites et du développement d’une science de la transmission (2/2) - 23/03/18

    Arabisant et chercheur en islamologie au CIHAM (Histoire, archéologie et littérature des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) à Lyon, Lahcen Daaif a soutenu une thèse d’islamologie en 2004 à l’Université Paris 3 qui portait sur Ibn Ḥanbal, son statut de juriste et sa pratique de l’ascèse. Il poursuit depuis des recherches sur les manuscrits islamiques des premiers siècles de l’islam et a publié de nombreux articles sur la constitution, le fonctionnement et les principes de la jurisprudence sunnite.

  • Entretien avec Lahcen Daaif – Fondation et évolution de la jurisprudence islamique aux premiers siècles de l’islam. Brève histoire des écoles juridiques sunnites et du développement d’une science de la transmission (1/2) - 22/03/18

    Arabisant et chercheur en islamologie au CIHAM (Histoire, archéologie et littérature des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) à Lyon, Lahcen Daaif a soutenu une thèse d’islamologie en 2004 à l’Université Paris 3 qui portait sur Ibn Ḥanbal, son statut de juriste et sa pratique de l’ascèse. Il poursuit depuis des recherches sur les manuscrits islamiques des premiers siècles de l’islam et a publié de nombreux articles sur la constitution, le fonctionnement et les principes de la jurisprudence sunnite.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice